Costanera Norte de Buenos Aires

Buenos Aires est bordée par deux réserves écologiques au sud et nord. La première, est le parc connu comme étant LA réserve écologique de Buenos Aires, décrite dans cet article. La seconde est plus connue sous le nom de « Costanera Norte – Cuidad Universitaria » en raison d’un campus important de la UBA, l’université publique de Buenos Aires. 

Costanera Norte : une promenade dominicale

La Costanera Norte est la promenade longeant l’aéroport régional Jorge Newbery qui se trouve en plein centre. Par jour de beau temps ou le dimanche, c’est une promenade très appréciée par les porteñoles et les touristes. Le bruit des avions ne s’entend pas trop et le ronronnement de la circulation se trouve assez atténué en raison de l’éloignement du chaos du centre ville. En outre, le soleil et les reflets du ciel azur donnent l’impression que le Rio de la Plata est aussi beau que la Méditerranée et feraient presque oublier que son eau est marronnasse. 

La promenade de la Costanera Norte est parsemée de petits stands à « choripan » (le hog-dog argentin) ou hamburgers. C’est une manière plutôt économique, bien que peu diététique, de s’alimenter. 
 

Malheureusement encore ici le fleuve est assez pollué par des détritus en tout genre…

Ce qui, apparemment, n’arrêtent pas les pêcheurs invétérés 

Le parc de la mémoire de Buenos Aires

L’extrémité nord de la Costanera Norte débouche sur le « parc de la mémoire », consacré à commémorer les atrocités commises pendant la dictature militaire.

La junte militaire pris le pouvoir en 1976, suite à une période de trouble et d’affrontements entre péronistes de gauche et de droite – « péroniste » du nom du général Perón, l’une grandes figures nationales – et a instauré une dictature qui a pris fin en 1983, après la guerre des Malouines – qui opposa les Britanniques et l’Argentine sur la souveraineté des îles Malouines. Pendant les décennies de dictature, la dette nationale a très fortement augmenté et les inégalités se sont énormément creusées

Cette dictature s’est surtout caractérisée par la disparition de nombreux opposants, les 300 000 « desaparecidos », et l’enlèvement de bébés d’opposants qui furent donnés à des familles de militaires, bien souvent tortionnaires de leurs propres parents. Evidemment une page assez sombre de l’histoire argentine… Dès 1977, des mères et grands-mères de disparus se sont mobilisées et se retrouvaient sur la Plaza de Mayo en face de la Casa Rosada – la place devant le gouvernement à Buenos Aires – pour retrouver leurs enfants. Le mouvement continue de nos jours et a même pris une autre ampleur. 

Cuidad Universitaria

La « Cuidad Universitaria » ou cité universitaire est le grand campus de la UBA, l’université publique de Buenos Aires, qui abrite la deuxième réserve écologique de la ville. Les bâtiments donnent directement sur des étangs et une végétation florissante. Il n’est pas rare de voir les étudiants assis dans l’herbe, discutant et partageant un mate. 

La réserve donne également sur le Rio de La Plata et on y trouve quasiment la même végétation que dans l’autre réserve écologique. 

Ces plantes de la Pampa sont celles que l’on retrouve le plus :

Dans un coin de la réserve, des étudiants ont installé un espace dédié à des potagers et il est possible d’assister à des ateliers de jardinage

Cet endroit est très mignon et bien entretenu. 

En outre, on y trouve également des espaces de recyclage, réparation de vélo, etc. 

 

La Cuidad Universitaria est un lieu de vie et de nature dans la ville, et pour cela me plait énormément. C’est la preuve qu’il est possible de rendre des espaces urbains plus conviviaux et respirables et devrait être une source d’inspiration pour d’autres villes.  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.