Atelier de construction naturelle

 

Le 15 avril 2017, l’école pour le développement durable – programme de la Fondation Plan 21 – a organisé un atelier d’un weekend sur la construction naturelle. La finalité de l’atelier a été la construction de toilettes sèches dans une partie de l’éco refuge. Une vingtaine de participants est venue tout au long du weekend mettre les mains dans la boue pour apporter leur pierre à l’édifice, mais surtout pour apprendre sur la construction naturelle et les toits végétaux.

Quelques jours auparavant, Tomas un volontaire de l’association, avait commencé à construire les fondations de la structure afin que les participants puissent directement commencer à l’essentiel.

Tomas, qui a été notre instructeur tout au long du weekend, est une personne incroyable. Agé d’à peine 22 ans, ce jeune Argentin a passé les deux dernières années à voyager en l’Amérique latine autour de la permaculture et a notamment appris énormément sur la construction naturelle. Ce weekend là, il nous a fait part de son savoir.

Première étape : le toit végétal

La première partie de l’atelier s’est concentrée sur la construction du toit végétal.

Après une ronde de présentation et quelques tours de mate, nous avons commencé par découper des boîtes en carton pour avoir des morceaux de carton à répartir sur toute la surface du toit.

Ensuite, une bâche en plastique vient recouvrir toute la superficie afin de servir d’isolant.

Et enfin, la dernière couche avant la végétalisation proprement dite est une espèce de couverture de survie, que l’on doit clouer tout autour afin de consolider le tout.

L’étape suivante consiste à ajouter des graviers et enfin de la terre avec de l’herbe

Cette gouttière sert à ce que les eaux de pluies puissent s’écouler et ne stagnent pas sur le toit. Elle est fabriquée à partir du filet vert, de la bâche plastique et des graviers.

Les murs en matériaux naturels

L’étape suivante consiste à s’attaquer aux murs du bâtiment.

Pour cela, il faut préparer le mélange terre + eau + sable + paille qui va servir de « ciment naturel » et être la base de la construction. Les proportions entre les quatre éléments de base de cette « mescla » diffèrent selon l’utilisation que l’on en fait au cours des diverses étapes.

On étale tout d’abord une première couche de la « mescla » d’environ 5cm sur toute la largeur des fondations du mûr. A noter que ces fondations sont en ciment, mais c’est l’unique moment où le ciment intervient dans la construction.

Après avoir au préalablement enfoncé deux ou trois clous de quelques centimètres dans de gros rondins de bois, nous avons ajouté ces derniers à l’emplacement du mur. Entre chaque rondin nous avons « colmaté » avec le mélange précédemment cité. Les clous servent à une meilleure adhérence et assurent une plus grande stabilité.

Au dessus du nouveau mur, nous avons cette fois utilisé des briques naturelles pour élever et consolider le mur.

L’étape suivante consiste à venir positionner des palettes tout autour sur les trois façades principales. La dernière façade – celle face aux arbres – est l’emplacement prévu pour la porte et nous verrons un peu plus loin comment on procède avec cette partie.

On vient ensuite bourrer les palettes par de la paille à l’intérieur et du « mescla » sur tout la surface extérieure. Cette étape prend extrêmement de temps.

Une fois le mur monté jusqu’en haut, la construction n’est pas terminée. Il faudra le renforcer avec plusieurs couches de la « mescla » dont on change ici les proportions par rapport au début.

Quelques photos de la préparation du mélange qu’il faut tamiser :

 

Et pour finir les photos du dernier stade :

Les bouteilles servent à faire passer la lumière à l’intérieur des toilettes. Elles sont disposées avec leur cul vers l’extérieur. La porte, elle est faite de bambou.

Un prochain atelier quand les beaux jours reviendront sera de peindre les façades avec de la peinture naturelle.

 

Cet atelier fut mon tout premier sur la construction naturelle et je compte bien en apprendre un peu plus.

2 Commentaires

  1. Retour PingEl refugio – Argentina Verde

  2. Superbe j’ai adoré ton récit! 🙂

Répondre à Manon Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.